Overblog Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog

Publié par Ichel

Chaque genre de littérature a ses maîtres. Des auteurs qui se sont imposés par leur style, qui vous ont fait imaginer des choses auxquelles vous n'auriez jamais songé tout seul et s'il y a bien quelqun qui est de ce type, c'est Stephen King. Sa bibliographie est tellement dense et passionnante qu'il était difficile pour moi de choisir les oeuvres dont je pouvais vous parler. Ainsi, j'ai préféré m'en tenir à mon rituel de trois romans. Trois romans qui ont retenu mon attention et qui se rappellent très souvent à ma mémoire:

The long Walk a été publié en 1979 sous le pseudonyme de Richard Bachman, il a été publié en France sous le titre de Marche ou crève en 1989. Il existe une coutume dans ces États-Unis totalitaires qui s'appelle la Longue Marche. Elle consiste pour cent jeunes adultes à traverser le pays sans arrêter. Une surveillance armée qui les ravitaille régulièrement leur interdit de s'arrêter ou de dévier de l'itinéraire. Ils ont droit à trois avertissements, au bout de ceux-ci, le contrevenant est mis à mort. Seul le dernier survivant recevra la somme astronomique et la possibilité de réaliser n'importe lequel de ses souhaits. Ce roman m'a donné des sueurs froides. J'avais vraiment peur que tout se finisse mal. Vers la fin je comptais les participants pour être sûre que le héros ne finirait pas sous les roues d'un tank. C'était vraiment quelque chose ce bouquin, le premier de Stephen King que j'ai lu et je ne suis pas prête de l'oublier. 

La peau sur les os ou Thinner est publié en 1984  aux États-Unis, toujours sous le nom de Richard Bachman et en 1987 en France. Un avocat obèse responsable de la mort d'une gitane dans un accident de voiture va être acquitté du fait de sa position sociale et par le jeu de son carnet d'adresses. Le chef des gitans, expulsés par la faute de l'arrogant avocat, va jeter une malédiction à ce dernier: la maigreur. Si ce sort était une magnifique aubaine pour Billy, les choses vont prendre une tournure inquiétante lorsqu'il n'aura plus que "la peau sur les os" et qu'il va continuer de maigrir. J'ai tout d'abord vu le film. Mais, l'histoire était tellement intéressante que j'ai voulu lire le roman. Quand je dis intéressant, je veux dire morbide, car ne vous détrompez pas, il s'agit d'un vrai film d'horreur. 

Misery est publié en 1987 aux USA et en 1989 en France. Paul Sheldon est secouru après un accident de voiture. Si l'auteur de best-seller est soulagé en premier temps, la situation va vite se transformer en cauchemar lorsqu'il va se rendre compte que sa secouriste est folle à lier et qu'elle n'est pas prête à le laisser s'en aller. Pire, elle va le mutiler tant qu'il n'aura pas fini le livre où il doit ressusciter sa mythique héroïne, Misery. Rien que le résumé de ce livre me donnait des frissons et je n'ai pas été déçue. Ce qu'il y a de bien avec Stephen King, c'est qu'on ne peut pas du tout imaginer ce qui va se passer. On est toujours pris au dépourvu. J'ai lu des tonnes de romans et pourtant, je n'arrive jamais à deviner la trame de ces histoires. Sur ce, BONNE LECTURE!

Commenter cet article